carole sesboue TCarole Sesboué - Sculpteur Céramiste

Carole SESBOUÉ
Après de nombreuses années passées dans le tourisme, Carole SESBOUE rencontre la céramique en 2000 à l’Atelier « Poterie Salernoise » où elle travaille avec son frère également Céramiste d’Art.
En autodidacte fascinée par l’Art du feu et de la Terre, elle laisse aller sa créativité vagabonde à trav ers ses personnages en terre cuite émaillée.
Pour ses sculptures, l’utilisation de différentes terres, d’engobes et surtout l’alchimie de certains émaux donnent à ses créations « pièces uniques » toute leur originalité.
Véritable thérapie, elle promène son imaginaire dans des jeux de mouvement, de couleurs...
A travers sa passion pour les voyages et la danse, elle nous invite à découvrir des dernières œuvres qui ont pour principal thème : L’Afrique.


Site internet : http://carole-sesboue.varnews.fr

 

dominique assoignons TDominique Assoignons dite « Domi-a »


Autodidacte en sculpture, Domi-a façonne des « Nanas » qui naissent de son imagination.
Parallèlement, elle travaille aussi les expressions en réalisant des « Têtes » et des « Totems ».
Après une cuisson de type grès, ses pièces uniques sont patinées.
Certaines sont confiées à un fondeur d’art qui, après moulage, sort une série limitée de bronzes numérotés.


Née en Belgique en 56.
Vit et travaille à Cotignac depuis 97.
Pratique professionnelle de patine à l’ancienne .
Etude du dessin à l’académie des Beaux-Arts de Châtelet.
Pratique du dessin avec J.-P. Torcolti.
Stages de Sumi-é ( Art du trait japonais) avec A.Bonnefoit.
Expose régulièrement en France, Belgique et Suisse.
Domi-a dessine des nus à l’encre de Chine avec un calame - roseau taillé qui permet un trait à la fois nerveux et précis .

La venue dans son atelier de modèles vivants lui permet de saisir toute la sensualité du corps humain.

Site internet : http://www.dominique-assoignons.com

 

nathalie pomero TNathalie POMERO réside à Salernes, citée de la céramique.


Ses débuts dans le travail de la terre et de la céramique datent de 2001. Son compagnon créé "La Poterie Salernoise" où il fabrique de la vaisselle, des lampes, des tables, des pièces uniques aux décors avec relief et couleurs vives ...
Ce lieu propice à la créativité et disposant des outils et matériels nécessaires permet la concrétisation de l’ancien projet de travailler la matière.
Autodidacte dans ce support et ses techniques, son thème de prédilection est lafemme, la recherche de formes pleines et généreuses, puis " les biscuits" sont émaillés avec des couleurs intenses, le travail avec les émaux permet d’obtenir un éclat incomparable.
En 2005 2006, elle suit des cours à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Toulon, elle perfectionne sa technique et entre dans une démarche plus académique.
Pour le modelage, sont employées différentes terres, le plus souvent une terre rose chamottée; la terre est malaxée, tordue, étirée pour donner forme. Le personnage prends corps peu à peu, façonné par les mains qui l’invente...Rien n’est décidé à l’avance, rien n’est projeté au préalable, la forme naît du néant, du vide...Lorsqu’elle a été évidée, qu’elle a longuement séchée, elle est délicatement lissée des heures, caressée, câlinée. Après une première cuisson, vient l’émaillage, au pistolet ou au pinceau selon les cas, et l’aléatoire fusion des émaux sur la matière. Il faudra ensuite procéder encore à une cuisson ou deux pour obtenir un résultat intéressant.
En définitive, c’est toujours un travail al éatoire, plein de rebondissement où il faut faire preuve d’ingéniosité, d’inventivité...
La surprise et l'excitation sont à leur comble lorsque qu’enfin s'ouvre la porte du dernier four : les émaux ont fondus et se sont mélangés, les couleurs éclatent, ...les personnages prennent vie...s’animent...
Depuis quelque temps est arrivé l’envie de mélanger les matériaux, d’utiliser du fer. Son ami ferronnier Lionel Roche lui a confectionné des socles ce qui lui offre de nouvelles perspectives et permet aux personnages de l’élever dans les airs, de s’élancer... En autorisant la levée de l’apesanteur, la recherche du mouvement est libérée, débarrassé du poids qui la terrassait sur terre.
Puis vient le début de l’abstraction, quelques personnages totémiques, constitués à partir de plaques émaillées, de ressorts, de fils de cuivre.
D’autres femmes se présentent à elle, femmes des temps modernes, faites de morceaux de corps découpés puis de corps reconstitué, réunifié avec des morceaux de tiges métalliques, comme un reflet du monde qui nous entoure...

Site internet : http://www.poteriesalernoise.com